Les archives de Claude Lévi-Strauss à la BnF : leur traitement et leur valorisation

Anaïs Dupuy-Olivier, conservateur, explique dans ce billet ce qui est en jeu quand des archives entrent pour la première fois à la Bibliothèque de France, à partir du cas du fonds Lévi-Strauss.

« Le travail du chargé de collections responsable d’un fonds de manuscrits consiste ensuite à identifier et classer, puis à ranger ou “conditionner” les documents reçus dans un matériel adapté »

À l’entrée d’un manuscrit ou d’une collection de manuscrits, un registre des dons ou un registre des achats, et parfois les deux comme dans le cas des archives de Claude Lévi-Strauss, est renseigné. Une cote, numéro de référence, lui est attribuée et permettra de l’identifier parmi les 200 000 manuscrits conservés au sein du département. Le fonds Claude Lévi-Strauss a pour cote Nouvelle acquisition française ou NAF 28150. Le travail du chargé de collections responsable d’un fonds de manuscrits consiste ensuite à identifier et classer, puis à ranger ou « conditionner » les documents reçus dans un matériel adapté – des pochettes en papier neutre, elles-mêmes disposées dans des boîtes de conservation. Nos fonds peuvent comporter d’une à plus de 500 boîtes (fonds Romain Rolland et Jean Rouch). Le fonds Claude Lévi-Strauss est constitué de 261 boîtes.

« Outil de signalement de nos collections, un inventaire est également un outil de dialogue avec des chercheurs du monde entier. »

Une fois le classement et le conditionnement achevés, l’étape suivante est celle de l’établissement de l’inventaire : il s’agit de la description détaillée d’un fonds, rédigée désormais sous forme informatisée. Grâce au langage html, les centres d’archives et les bibliothèques ont développé des outils spécifiques pour décrire leurs collections manuscrites et archivistiques, et donner accès à ces inventaires sur le web. Celui du fonds Lévi-Strauss, établi à la fin des années 2000, est accessible sur le catalogue BnF Archives et manuscrits, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc134071. Outil de signalement de nos collections, un inventaire est également un outil de dialogue avec des chercheurs du monde entier. En le consultant, ces derniers peuvent, en amont de tout déplacement, savoir ce que contiennent ces archives et en demander la « communication ». Que veut dire ce mot fréquemment utilisé dans le jargon des bibliothèques ? À partir du thème de recherche d’un lecteur – thème plus ou moins précis -, le chargé de collections identifie dans un fonds les documents susceptibles de répondre à cette recherche, puis il sort ces documents des boîtes où ils se trouvent et les met à la disposition du chercheur dans la salle de lecture.

« À l’abri de la lumière et de la poussière dans des espaces de stockage dénommés “magasins”, les manuscrits n’en restent pas moins vivants. »

À l’abri de la lumière et de la poussière dans des espaces de stockage dénommés « magasins », les manuscrits n’en restent pas moins vivants. Les chercheurs, par leurs demandes de consultation, par leurs projets de recherche, par les colloques qu’ils organisent, entretiennent la mémoire de ces grandes figures dont la Bibliothèque conserve les traces. Les chargés de collections favorisent également ce mouvement en accompagnant le traitement matériel et intellectuel d’un fonds par des actions de valorisation diversifiées : rédaction d’articles dans des revues spécialisées, de billets sur des blogs et sur les réseaux sociaux ; présentation de manuscrits à des étudiants et des enseignants, à des professionnels des bibliothèques, à des sociétés savantes ; organisation de manifestations tels colloques, journées d’études, lectures, expositions, etc.

« En novembre 2008, la BnF a organisé plusieurs manifestations à l’occasion du centenaire de Claude Lévi-Strauss. »

Les archives de Claude Lévi-Strauss ne font pas exception. Plusieurs articles leur ont été consacrés dans les revues publiées par la BnF, Chroniques en 2007 et en 2010[1], et La Revue de la BnF en 2013[2]. Récemment, à l’automne 2019, un billet sur le site web de la BnF a évoqué le recueil d’articles Anthropologie structurale I qui existe dans sa version anglaise sur la base de données Anthropology online à laquelle la Bibliothèque est abonnée[3]. En novembre 2008, la BnF a organisé plusieurs manifestations à l’occasion du centenaire de Claude Lévi-Strauss : exposition de manuscrits et de carnets de terrain de l’anthropologue, projection en avant-première du documentaire Claude Lévi-Strauss par lui-même de Pierre-André Boutang, projection de films sur le thème de la démarche ethnologique. Le 18 juin 2013, dans le cadre du cycle « Trésors du patrimoine écrit », les dessins contenus dans les carnets de la seconde expédition de C. Lévi-Strauss au Brésil ont fait l’objet d’une conférence à deux voix associant la responsable du fonds Catherine Faivre d’Arcier et l’enseignant-chercheur Vincent Debaene qui a assuré l’édition des œuvres de C. Lévi-Strauss dans la Pléiade[4].

***

Le programme « Les carnets nambikwara de Lévi-Strauss » va lui-aussi contribuer pendant quatre ans à prolonger la valorisation des archives de l’anthropologue (numérisation, publication, colloque, exposition) tout en approfondissant l’étude et la connaissance de son œuvre.


[1] C. Faivre d’Arcier, art. cit. ; « La pensée bricoleuse de Claude Lévi-Strauss », entretien avec C. Faivre d’Arcier et Marc Rochette, propos recueillis par Sylvie Lisiecki, dans Chroniques, n°52, janvier-février 2010, p. 5.

[2] C. Faivre d’Arcier, « Claude Lévi-Strauss et René Leibowitz. L’anthropologue à l’opéra et le compositeur en poésie », dans La Revue de la BnF, n°45, 2013, p. 55-56.

[3] https://www.bnf.fr/fr/claude-levi-strauss-1908-2009-dans-les-collections-de-la-bnf.

[4] Agrégé de lettres modernes, il était à l’époque professeur à Columbia University.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.