Claude Lévi-Strauss à la BnF : l’entrée des archives de l’anthropologue dans les collections nationales

Anaïs Dupuy-Olivier, responsable du fonds Claude Lévi-Strauss à la Bibliothèque nationale de France, fait le récit de l’entrée des archives de l’anthropologue dans les collections nationales[1].

« Au printemps 2005, la BnF propose à Claude Lévi-Strauss, alors âgé de 96 ans, de lui confier ses archives scientifiques et personnelles. Ce dernier accepte. » 

C’est à l’occasion du prêt de la dactylographie de Tristes tropiques pour l’exposition « Terre humaine » qu’ont eu lieu les premiers échanges entre la Bibliothèque nationale de France (BnF) et Claude Lévi-Strauss à propos de l’importance patrimoniale et du devenir de ses archives[2]. Peu après, au printemps 2005, la BnF propose à Claude Lévi-Strauss, alors âgé de 96 ans, de lui confier ses archives scientifiques et personnelles. Ce dernier accepte. Une procédure de dation en paiement est envisagée, procédure qui permet de s’acquitter de certaines obligations fiscales – en particulier les droits de succession – par la cession d’un bien (objet artistique ou historique, immeuble ou parcelle) susceptible d’être incorporé au patrimoine de l’État. Afin de pouvoir estimer la valeur financière de ce patrimoine, une conservatrice du département des Manuscrits, Catherine Faivre d’Arcier, est chargée d’aller identifier et analyser les documents conservés par l’anthropologue dans son appartement. Accompagnée par Claude Lévi-Strauss dans la découverte et la compréhension de ses archives, elle en dresse un « pré-inventaire[3] » d’avril à juin 2005, au rythme de deux séances par semaine. Sur ces bases, un dialogue confiant se met en place entre l’anthropologue et la Bibliothèque afin de préparer l’entrée des archives de Claude Lévi-Strauss à la BnF dans les meilleures conditions.

« L’ensemble dont la BnF a fait l’acquisition comprend des documents représentatifs du parcours et de l’œuvre de Claude Lévi-Strauss »

Deux ans plus tard, en mars 2007, un premier ensemble d’archives rejoint les collections de la rue de Richelieu, où sont conservés les fleurons de la Bibliothèque : Bible de Charles le Chauve, Sacramentaire de Drogon, manuscrits de Victor Hugo, Gustave Flaubert, Marcel Proust, etc. L’ensemble dont la BnF a fait l’acquisition comprend des documents représentatifs du parcours et de l’œuvre de C. Lévi-Strauss : fichiers de travail (préparation d’ouvrages, de travaux, de cours, etc.) ; fichiers linguistiques ; notes de lecture à la New York Public Library en vue de la rédaction de sa thèse ; carnets et notes de ses expéditions au Brésil et au Pakistan ; manuscrits, dactylographies ou épreuves de plusieurs écrits – sa thèse, Structures élémentaires de la parenté, le troisième volume des MythologiquesL’Origine des manières de table, par lequel Lévi-Strauss rend l’anthropologie accessible au grand public, enfin Regarder, écouter, lire, réflexions sur la peinture, la musique et la littérature de l’homme de grande culture qu’il est également.

NAF 28150 (124 b), Carnet “Vilhena – sept. 1938. Vocabulaires comparés Sabané – Tagnani”

Deux mois après, en juillet 2007, la commission des dations du ministère de la Culture accepte l’offre faite par Claude Lévi-Strauss de céder certaines de ses archives à l’État : les collections de la BnF s’enrichissent alors des dossiers préparatoires et des manuscrits de ses œuvres les plus emblématiques. Publiés entre 1955 et 1975, ces textes occupent une place centrale dans son œuvre et dans la réflexion anthropologique de l’époque. Le premier, et sans conteste le plus connu, est Tristes tropiques, texte à cheval entre le récit de voyage et l’autobiographie témoignant des expéditions de Lévi-Strauss en Amazonie et en Inde avec distance et désenchantement. Font également l’objet de cette dation ses recueils d’articles présentant la méthode structuraliste appliquée à l’anthropologie, Anthropologie structurale I et II, le premier et le dernier volumes de son étude approfondie sur le système des mythes, Le Cru et le cuit et L’Homme nu, enfin La Voie des masques. Cet ensemble est complété par des dossiers personnels datant des années 1930 et 1940, documents d’état-civil et correspondances, qui dressent le portrait de l’anthropologue à une époque importante de sa vie (ses missions au Brésil entre 1935 et 1939, son exil aux États-Unis au début de la Seconde Guerre mondiale).

NAF 28150 (22), Le Cru et le cuit, dactylographie annotée, f. 108

« Pour achever ce récit de vie que représente un fonds d’archives, Claude Lévi-Strauss a fait don à l’automne 2007 du reste de ses papiers. »

Pour achever ce récit de vie que représente un fonds d’archives, Claude Lévi-Strauss a fait don à l’automne 2007 du reste de ses papiers. Ce troisième ensemble est constitué de documents de diverses natures. On y découvre les manuscrits et documents préparatoires de ses autres textes (monographies, articles, préfaces), de ses conférences, entretiens et discours, de ses cours au lycée, à l’École pratique des hautes études et au Collège de France. Ce dernier lot rend également compte du vaste réseau relationnel de C. Lévi-Strauss au-travers de la correspondance qu’il a envoyée et reçue, comprenant tout autant des grands noms de l’anthropologie mondiale que des philosophes, des historiens, des linguistes, des musiciens ou des écrivains comme Marcel Mauss, Paul Rivet, Michel Foucault, Fernand Braudel, Georges Duby, Roman Jakobson, Luciano Berio, René Leibowitz, Umberto Eco, André Breton… Enfin, plusieurs classeurs et pochettes de documents iconographiques illustrent son parcours personnel et professionnel : photographies familiales, photographies de ses voyages au Brésil, au Japon et en Corée, dessins de décors de théâtre, diplômes, affiches, etc. Notons aussi que la BnF est dépositaire de la machine à écrire ayant servi à taper la dactylographie de Tristes Tropiques.

La machine à écrire de Claude Lévi-Strauss – NAF 28150 (261)

La remise des archives de Claude Lévi-Strauss rend ainsi compte des trois modes d’entrée possible d’un fonds dans les collections publiques – le don, l’achat et la dation -, et de l’importance des échanges entre le donateur et la Bibliothèque en amont de ce processus. Une seconde vie sera ensuite donnée à ces archives grâce au travail mené par les chargés de collections de la BnF. Un prochain billet de ce blog en témoignera.  


[1] Pour rédiger cet article, nous avons bénéficié des témoignages de Marie-Laure Prévost et Mauricette Berne, toutes deux conservateurs généraux honoraires des bibliothèques, la première étant chef du Service des manuscrits modernes et contemporains lors de l’entrée du fonds Claude Lévi-Strauss, ainsi que des témoignages de Catherine Faivre d’Arcier, première responsable du fonds.

[2] L’exposition s’est tenue du 15 février au 30 avril 2005 dans la Petite Galerie de la BnF. Trois commissaires ont pris contact avec Claude Lévi-Strauss dans les mois qui ont précédé le début de l’exposition.

[3] C. Faivre d’Arcier, « Les archives de Claude Lévi-Strauss », dans Chroniques, n°41, novembre-décembre 2007, p. 26.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.