De l’archive à l’édition. Imaginer, organiser, trier, classer, reclasser.

Domenico Paone, chercheur associé à l’Institut des textes et manuscrits modernes, est responsable de la mise en place de l’édition numérique du programme Nambikwara.

L’édition numérique Lévi-Strauss Source

Un des objectifs du Projet Nambikwara est la réalisation d’une édition numérique des carnets de terrain et, plus en général, de tous les documents qui gravitent autour de l’expédition de Claude Lévi-Strauss au Brésil en 1938. Après une sélection parmi les 261 boîtes du Fond Lévi-Strauss de la BnF, ces documents ont été numérisés. Mais même ainsi délimité, le corpus, formé par plus de 13.000 fichiers d’image, restait vaste et très hétéroclite : carnets de terrain, dessins, cartes, trajets et calendrier de l’expéditions, listes et catalogues d’objets, notes de lectures, notes et fiches pour des cours d’anthropologie, fiches linguistiques, notes, manuscrits et tapuscrits préparatoires d’ouvrages, brouillons, photographies, coupures de presse, feuilles éparses…

Lévi-Strauss Source. Capture d’écran de la page d’accueil

Il a donc fallu imaginer une architecture propre à satisfaire des critères philologiques – inscrivant les documents dans un contexte historique, littéraire et biographique cohérent – et de lisibilité, et cela à plusieurs niveaux : le lecteur occasionnel autant que le spécialiste de Lévi-Strauss doivent pouvoir comprendre rapidement le contenu de l’édition en fac-similé et trouver facilement ce qui leur intéresse. Une fois le corpus analysé, et après plusieurs échanges au sein de l’équipe de travail, nous avons décidé d’organiser l’édition sous plusieurs catégories différentes, dans le cadre du logiciel Source, développé à l’ITEM :

  • Carnets de terrain (les blocs-notes que Lévi-Strauss amène avec soi pendant l’expédition, plus les deux cahiers de Dina Dreyfus) ;
  • Documents autour de l’expédition (des matériaux divers, qui comprennent des cartes géographiques, des itinéraires, des listes d’objets et de personnes, de notes de lecture, des dessins, etc.) ;
  • Iconographie (des archives photographiques de différents voyages au Brésil) ;
  • Fiches linguistiques (fiches cartonnées que Lévi-Strauss avait classées dans des boîtes, visant notamment un projet de dictionnaire Nambikwara) ; 
  • Manuscrits et notes préparatoires (rassemblant les notes, les manuscrits et les tapuscrits de deux ouvrages : La vie familiale et sociale des Indiens Nambikwara et Tristes Tropiques).

Les atouts du numérique

Une édition critique d’une archive, ou d’une partie de celle-ci, se pose toujours en complémentarité au travail de classement, conservation et inventaire que la bibliothèque réalise en amont sur ces mêmes matériaux (Anaïs Dupuy-Olivier a bien décrit ce travail, relativement au Fonds Lévi-Strauss de la BnF). Le rôle d’une bibliothèque et d’une édition critique étant différents, il arrive souvent que les éditeurs ont besoin de réarranger les documents par rapport à l’ordre de l’archive. Dans notre cas, plusieurs séries des documents qui se trouvaient classés dans la même boîte ou chemise ont dû être déplacés et reclassés en conséquence. Souvent, on a créé deux ou plus sous-unités à partir d’une même pochette – en séparant, par exemple, des fiches bibliographiques et des feuillets de notes. Plus rarement, on a retiré certains documents pour les rattacher à un autre dossier. La virtualité du numérique a rendu toutes ces opérations assez faciles et rapides, en nous aidant aussi à garder la trace de chaque mouvement : un outil de notre édition, appelé Contexta, va établir automatiquement une table de concordance entre le classement de Lévi-Strauss Source et le classement de la BnF, afin que le lecteur puisse toujours remonter à la cote originale du manuscrit. 

Une « boîte surprise »

Parfois, le choix de reclasser un élément n’est pas si évident, des documents pouvant aussi bien figurer dans un dossier que dans une autre (les carnets de terrain, par exemple, contiennent beaucoup de notes linguistiques, mais ils pourraient également faire partie des notes préparatoires d’un ouvrage). Une des dernières boîtes analysées a soulevé beaucoup de questions de ce genre. Il s’agit d’une boîte en carton de fiches catalographiques, de couleur orange et de marque Gaylord Bros, tout à fait semblable à une autre boîte, qui contient un fichier consacré à la langue Nambikwara, et que nous avons classé dans la catégorie « Fiches linguistiques » de notre édition, (FL-4). Mais il suffit de jeter un  premier coup d’œil à son contenu (brièvement décrit par la BnF comme « fiches diverses relatives aux Bororos et aux Caduveos »), pour s’apercevoir immédiatement qu’elle est constituée de matériaux très disparates. 

Fiches diverses relatives aux Bororo et aux Caduveo, Bnf, Fonds Claude Lévi-Strauss, NAF 28150 (139a)

Une analyse plus approfondie des documents a révélé que les fiches linguistiques à proprement parler composent une partie très minoritaire (f. 319-366) de cette boîte, la plupart des feuillets concernant ce qui semble être l’ébauche d’un catalogue d’exposition : inventaires d’objets (poteries, outils, ornements, etc.) et de photographies, suivis par de fiches sur les Bororo et les Caduveo (généralités géographiques, anthropologiques, ethnographiques, linguistiques, etc.), réalisées sans doute en vue d’illustrer les œuvres et les photos exposées.

Après des recherches ultérieures, on a identifié l’exposition : il s’agit de Indiens du Matto-Grosso, qui présenta, du 21 janvier au 3 février 1937, les collections ethnographiques que Claude Lévi-Strauss et Dina Dreyfus avaient réunies au cours d’un voyage effectué dans l’État du Mato Grosso en 1935-1936. L’exposition, pensée par le Musée de l’Homme, a été organisée à la galerie de la Gazette des Beaux-Arts, en attendant que le Musée ouvre ses portes. En comparant les notes (la plupart desquelles sont de la main de Dina Dreyfus) avec le catalogue de l’exposition1, on s’est aperçu que plusieurs passages de celui-ci correspondent au manuscrit, mais aussi que cette exposition a dû être le résultat d’un choix assez restreint par rapport aux objets et photos rapportés de l’expédition : aux f. 265-274, par exemple, on trouve une liste d’environ 200 objets de la collection, notés selon trois catégories : « belle pièce », « très belle », « inutilisable ».

Finalement, on a décidé de reclasser cet ensemble cohérent dans un dossier à part, sous la catégorie « Manuscrits et notes préparatoires ». Du point de vue de la critique génétique, en effet, les documents ressemblés par Lévi-Strauss représentent bien un état antérieur d’une œuvre, quoique, dans ce cas spécifique, l’œuvre en préparation ne soit pas un texte mais une exposition. Les fiches linguistiques cartonnés ont formé un nouveau dossier de la catégorie FL (FL-7) et une série de croquis sur fiches cartonnés et calques (f. 367-374) ont intégré un dossier de la catégorie « Documents autour de l’expédition », où des fiches très similaires se trouvaient déjà (on a émis l’hypothèse que ces fiches auraient servi de supports pédagogiques à Lévi-Strauss lors de ses cours d’anthropologie au Brésil). 

Mais la boîte nous réservait encore une dernière surprise : une série de pages détachées d’un bloc-notes, provenant d’un carnet de terrain tout à fait similaire aux autres que Lévi-Strauss a conservé de l’expédition Nambikwara de 1938, contenant des fragments de journal, des notes logistiques, des dessins, des descriptions des villages, des lexiques et nomenclatures indigènes, des partitions musicales, etc. Ces fragments de carnet de terrain sont relatifs à l’expédition de 1935-1936 (certains dessins sont même datés) : c’est sans doute pour cela, d’ailleurs, que Lévi-Strauss les a réunis aux matériaux préparatoires de l’exposition de 1937. Or, les carnets de l’expédition 1935-1936 étaient censé être disparus, comme Lévi-Strauss lui-même l’affirme dans une note jointe à ses carnets de 1938, lors de l’entrée à la BnF :

Bnf, Fonds Claude Lévi-Strauss, NAF 28150 (123b). Feuillet non numéroté.

Détachés et conservés à part pour la préparation de l’exposition de 1937, ces feuillets ont sans doute été amenés par Lévi-Strauss aux États-Unis en 1941, et ainsi sauvés. 

C’est aussi en considération de l’importante valeur documentaire et scientifique de ces documents qu’on a décidé de classer tous ces fragments dans la catégorie des « Carnets de terrain », reconstituant ainsi partiellement un des carnets « perdus » de l’expédition chez les Bororo et les Caduveo de 1935-36.


  1. Indiens du Matto-Grosso (Mission Claude et Dina Lévi-Strauss, novembre 1935-mars 1936). Guide-Catalogue de l’exposition organisée à la galerie de la « Gazette des Beaux-Arts » et de « Beaux-Arts », 21 janvier-3 février 1937. Paris, Museum national d’histoire naturelle, Musée de l’Homme, 1937. []

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.