Les cahiers de Dina Dreyfus

Fernanda Azeredo de Moraes,doctorante en anthropologie sociale et ethnologie à l’EHESS (CRBC/Mondes Américains) nous donne dans ce billet un aperçu des journaux de terrain de Dina Dreyfus, écrits lors de l’expédition brésilienne des années 1930.

            Dina Dreyfus[1] est l’une des rares femmes françaises à mener des recherches ethnographiques en Amérique du Sud avant la Seconde Guerre mondiale. Diplômée de l’Institut d’Ethnographie de l’Université de Paris en 1932, elle a réalisé des recherches ethnographiques, archéologiques et d’anthropologie physique dans la ville de São Paulo et ses alentours, ainsi que parmi les populations Kaduvéo, Bororo, Nambikwara et Pareci à l’intérieur du pays. Au Brésil, sous le nom de Dina Lévi-Strauss, elle a publié un manuel d’ethnographie et anthropologie physique en 1936 et a été l’une des fondatrices de la première Société d’Ethnologie et Folklore du pays, au sein de laquelle elle a donné des cours sur la méthode ethnographique. Pendant ses années brésiliennes, elle a aussi tourné (au moins) cinq films ethnographiques, en collaboration avec son mari, Claude Lévi-Strauss. En France, elle a publié des notices sur ses recherches et ses activités professionnelles dans la Revue de la Société des Américanistes (Lévi-Strauss, 1937 et L-S.D., 1938) et a réalisé, aussi en collaboration avec son époux, une exposition des collections ethnographiques recueillies lors de leur première mission de recherche, en 1935. 

            Malgré une bibliographie brésilienne importante au sujet de son travail, Dina Dreyfus reste presque absente de l’histoire de l’anthropologie française. La numérisation de ses écrits pourra, peut-être, aider à corriger ce tort.  

Parmi les documents que Claude Lévi-Strauss a utilisés pour préparer son best-seller, l’incontournable Tristes Tropiques (1955), nous trouvons deux cahiers de Dina (alors) Lévi-Strauss, ainsi qu’une quinzaine de pages d’un manuscrit pour un récit de voyage, jamais publié. Dans les archives de la « Mission Lévi-Strauss Vellard », aujourd’hui hébergées par la BNF, Dina apparaît aussi, discrètement, parmi les photos prises par le couple lors de leurs recherches de terrain. Nous la voyons avec ses cheveux courts et son bleu de travail « grossier – mais combien commode » (MS20) , presque toujours à prendre des notes. En fait, il semble que Dina écrivait partout et tout le temps : dans l’avion, dans le camion, au milieu de la route, dans la forêt, parmi les autochtones ou avant de se coucher, elle a ainsi rempli plus de trois centaines de pages entre le 8 mai et le 22 juillet 1938. Les conditions de cette écriture sont visibles dans sa calligraphie : sa lettre est parfois très petite, afin de profiter de tout l’espace de la page, d’autres fois elle est grande et oscillante, à cause de la route accidentée et du mouvement du camion. 

Dina prend de notes lors d‘une recherche auprès les Bororos. Probablement 1936. NAF 28150 (244a)

            Les deux cahiers de Dina peuvent être classés par leur contenu : le CT18 est son cahier de terrain, où elle prend des notes minutieuses sur la parenté, la langue, les techniques, les corps et la vie des Nambikwaras. C’est aussi dans ce cahier qu’elle esquisse des hypothèses de travail et planifie les étapes de la recherche à venir. Or, si le cahier CT17 contient également des notes proprement ethnographiques, il en cache beaucoup plus : journal intime, journal de route, esquisse de roman, plans pour un recueil de nouvelles, description des préparatifs pour la mission, copie des notices du journal local, tout se mélange dans les pages de ce document prodigieux. 

Carnet de Dina Lévi-Strauss, pp. 68. NAF 28150 (126d)
Carnet Dina Lévi-Strauss, pp. 29. NAF 28150 (126e)

            Le journal de Dina témoigne de son admiration pour le savant moderniste brésilien Mario de Andrade, de sa fascination pour le guide de la mission à Cuiabá, le corse Biancardini, il révèle l’inconfort que lui provoque l’ethnologue étasunien Buel Quain, ainsi que l’émerveillement qu’elle éprouve face à la vie harmonieuse et simple de la grande famille de Manuel João, dans la petite ville de Rosário Oeste. Nous y trouvons aussi de longues descriptions de ses rêves et de ses états émotionnels oscillants. Ainsi, si le 13 mai 1938, dans la ville de Cuiabá, après avoir été renseignée sur la réputation « féroce des « Nhambiquaras » » elle affirme  « Je ne suis pas disposée à mourir, et je désire revenir de cette aventure », dans une entrée datée du 8 juin suivant, déjà en route pour Utiarity, elle écrit «  je suis tout à fait résignée à partir pendant six mois, et peut-être même à mourir ». Des mots qui révèlent l’imaginaire dominant de l’ethnologie de l’époque, selon lequel le terrain ethnographique était une aventure, une épreuve potentiellement mortelle, mais bien sûr formatrice. 

            Or, nonobstant sa nature intime et personnelle, le journal de Dina est aussi un document historique de valeur qui informe sur une discipline en cours de professionnalisation et de réorganisation : Dina a été formée en anthropologie physique par l’Institut d’Ethnologie de l’Université de Paris, et a mené des recherches sur « la tâche mongolique » dans les maternités de la ville de São Paulo. Dans les pages de ce cahier, elle décrit en détail les traits physiques des personnes rencontrés en route et sur le terrain, avec un vocabulaire typique de l’époque. Une telle attention aux prétendus aspects raciaux des corps « des indigènes (nègres ou autres) » (CT17) la confronte à la blessure ouverte qui structure silencieusement la société brésilienne. À la veille de la célébration des 60 ans de l’abolition de l’esclavage dans ce pays, elle esquisse une « ode pour l’abolition » et décrit les employés d’hôtel en loques, toujours pieds-nus, maltraités par les patrons.          

            Mais Dina n’était pas juste une anthropologue physique. Étudiante de Marcel Mauss et assistante bénévole du Musée d’ethnographie du Trocadéro, elle a aussi été formée à ce qu’il avait de plus moderne en matière de méthode ethnographique. Cette influence est évidente dans ses longues et minutieuses descriptions des techniques nambikwaras de production de flèches, colliers, et paniers, ainsi que dans l’attention qu’elle porte aux techniques corporelles adoptées par les individus en repos, au sommeil, au travail, etc. L’interaction directe avec les femmes et enfants indigènes, objectif fondamental de l’ethnographie menée par des chercheuses à cette époque, apparaît aussi dans les pages de son cahier, soit par sa plume, soit par la main des autochtones. Lors d’un bain dans la rivière, Dina décrit comment elle s’était fait laver par les petits Nambikwaras ; en plus, certaines pages de son cahier 17 ont été décorés de « vermicelles », gribouillis faits par ses nouveaux amis et nouvelles amies, lors de leurs tentatives d’imiter les traits avec lesquels l’ethnographe remplissait soigneusement ses papiers. 

Carnet de Dina Lévi-Strauss, pp. 78. NAF 28150 (126d)

            Au-delà de ses qualités intrinsèques pour le chercheur et la chercheuse en histoire de l’anthropologie ou en linguistique Nambikwara, les journaux et récit de terrain de Dina Dreyfus, à l’époque Lévi-Strauss, ont le grand mérite de nous proposer un témoignage nouveau sur cette rencontre anthropologique fondatrice. Avec la numérisation de ces pages, nous gagnons un autre point de vue sur les Tristes Tropiques du Brésil central, cette fois-ci selon la perspective d’une jeune femme européenne qui vit « dans une parfaite paix morale » (CT 17) parmi les Nambikwaras, à étudier leur langue, à observer leurs relations gaies et affectionnés, bref, à apprendre avec eux. 

Bibliographie

Corrêa, Mariza, «A natureza imaginaria do gênero na história da antropologia» (2003) In: Antropólogas e antropologia. Belo Horizonte, UFMG,  pp.19-63

Dreyfus, Dina, Écrits, Paris, Hermann, 2013

Grupioni, Luis Donisete Benzi, Coleções e expedições vigiadas: os etnólogos no conselho de fiscalização das expedições artísticas e científicas no Brasil,  São Paulo, ed. Hucitec/Anpocs, 1998.

Lévi-Strauss, Dina. Instruções práticas para a pesquisa de Antropologia Física e Cultural. São Paulo : Direção do Departamento Municipal de Cultura, 1936. 

Lévi-Strauss D. Société ďethnographie et de folklore de São Paulo (Brésil).. In: Journal de la Société des Américanistes. Tome 29 n°2, 1937. pp. 429-431. www.persee.fr/doc/jsa_0037-9174_1937_num_29_2_1963_t1_0429_0000_2 

L.-S. D. Mission Lévi-Strauss-Vellard (1938-1939). In: Journal de la Société des Américanistes. Tome 30 n°2, 1938. pp. 384-386. www.persee.fr/doc/jsa_0037-9174_1938_num_30_2_1982_t1_0384_0000_2

Portella, Luciana Magalhães, Brasil, terra vermelha: a história da Antropologia e o reencontro com Dina Dreyfus, 2020 [thèse de doctorat, Université  National de Brasília] 

Saint-Sernin, Bertrand, « Dina Dreyfus ou la raison enseignante », Les Temps Modernes, 1989v. 44, n. 516, pp. 142-157. 

Sandroni, Carlos, «Mario, Oneyda, Dina e Claude»,  Revista do patrimônio historico e Artístico Nacional, 2002, n. 30, pp. 240- 244

Spielman, Ellen, Das Verschwinden Dina Lévi-Strauss’ und der Transvestismus Mário de Andrade: Genealogische Rätsel in der Geschichte der Sozial und Humanwissenschaften im modernen Brasilien / La desaparición de Dina Lévi-Strauss y el transvestismo de Mário de Andrade: enigmas genealógicos en la historia de las ciencias sociales y humanas del Brasil moderno. Berlin, Wissenschaftlicher Verlag, 2003  

Valentini, Luísa, Um laboratório de antropologia: o encontro entre Mário de Andrade, Dina Dreyfus e Claude Lévi-Strauss (1935-1938),  São Paulo, ed. Alameda, 2013.  


[1]    Fernande Dreyfus est née au 1er février 1911 à Milan, en Italie. C’est avec ce nom qu’elle reçoit son certificat d’ethnologie (mention sciences) de l’Institut d’Ethnologie de l’Université de Paris, en 1932. La même année, elle se  marie avec Claude Lévi-Strauss et adopte la nouvelle signature de « Dina Lévi-Strauss ». Pendant la seconde guerre mondiale, Dina s’engage dans la résistance et adopte encore un autre nom, celui de « Denise Roche ». En autre, selon ses amis et amies, durant quinze ans, sous un autre nom supposément oublié, Dina aurait publié des nouvelles littéraires au Brésil. Finalement, divorcée après la guerre, Dina construit une carrière remarquable dans le domaine de l’enseignement de philosophie, sous le nom de Dina Dreyfus. Ces multiples changements de nom posent des questions à toutes celles et à tous ceux qui essayent d’esquisser une biographie de ce riche personnage. Pour ce texte j’ai choisi de faire référence à elle avec le nom « Dina Dreyfus », nom auquel elle s’est identifiée pendant la plupart de sa vie. Les travaux signés avec son nom de mariage seront ainsi indiqués tout au long du texte. 


1 réflexion sur « Les cahiers de Dina Dreyfus »

  1. J’ai bien connu Dina Dreyfus quand elle avait entre 50 et 65 ans, en tant qu’inspecteur de Philosophie de l’Académie de Paris. J’ai une lettre autographe , qui atteste l’authenticité de votre publication: il s’agit bien de la même écriture, quelques trente ans plus tard!!!!Je trouve très intéressante cette volonté de lui rendre justice en tant qu’ethnographe, car on ne peut compter effectivement sur son mari , qui ne l’a jamais mentionnée dans aucun de ses écrits, et qui n’en parlait jamais….Je suis émue à l’évocation de cette grande dame.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.