De l’archive à l’édition. Imaginer, organiser, trier, classer, reclasser.

Domenico Paone, chercheur associé à l’Institut des textes et manuscrits modernes, est responsable de la mise en place de l’édition numérique du programme Nambikwara.

L’édition numérique Lévi-Strauss Source

Un des objectifs du Projet Nambikwara est la réalisation d’une édition numérique des carnets de terrain et, plus en général, de tous les documents qui gravitent autour de l’expédition de Claude Lévi-Strauss au Brésil en 1938. Après une sélection parmi les 261 boîtes du Fond Lévi-Strauss de la BnF, ces documents ont été numérisés. Mais même ainsi délimité, le corpus, formé par plus de 13.000 fichiers d’image, restait vaste et très hétéroclite : carnets de terrain, dessins, cartes, trajets et calendrier de l’expéditions, listes et catalogues d’objets, notes de lectures, notes et fiches pour des cours d’anthropologie, fiches linguistiques, notes, manuscrits et tapuscrits préparatoires d’ouvrages, brouillons, photographies, coupures de presse, feuilles éparses…

Lévi-Strauss Source. Capture d’écran de la page d’accueil

Il a donc fallu imaginer une architecture propre à satisfaire des critères philologiques – inscrivant les documents dans un contexte historique, littéraire et biographique cohérent – et de lisibilité, et cela à plusieurs niveaux : le lecteur occasionnel autant que le spécialiste de Lévi-Strauss doivent pouvoir comprendre rapidement le contenu de l’édition en fac-similé et trouver facilement ce qui leur intéresse. Une fois le corpus analysé, et après plusieurs échanges au sein de l’équipe de travail, nous avons décidé d’organiser l’édition sous plusieurs catégories différentes, dans le cadre du logiciel Source, développé à l’ITEM :

  • Carnets de terrain (les blocs-notes que Lévi-Strauss amène avec soi pendant l’expédition, plus les deux cahiers de Dina Dreyfus) ;
  • Documents autour de l’expédition (des matériaux divers, qui comprennent des cartes géographiques, des itinéraires, des listes d’objets et de personnes, de notes de lecture, des dessins, etc.) ;
  • Iconographie (des archives photographiques de différents voyages au Brésil) ;
  • Fiches linguistiques (fiches cartonnées que Lévi-Strauss avait classées dans des boîtes, visant notamment un projet de dictionnaire Nambikwara) ; 
  • Manuscrits et notes préparatoires (rassemblant les notes, les manuscrits et les tapuscrits de deux ouvrages : La vie familiale et sociale des Indiens Nambikwara et Tristes Tropiques).

Les atouts du numérique

Une édition critique d’une archive, ou d’une partie de celle-ci, se pose toujours en complémentarité au travail de classement, conservation et inventaire que la bibliothèque réalise en amont sur ces mêmes matériaux (Anaïs Dupuy-Olivier a bien décrit ce travail, relativement au Fonds Lévi-Strauss de la BnF). Le rôle d’une bibliothèque et d’une édition critique étant différents, il arrive souvent que les éditeurs ont besoin de réarranger les documents par rapport à l’ordre de l’archive. Dans notre cas, plusieurs séries des documents qui se trouvaient classés dans la même boîte ou chemise ont dû être déplacés et reclassés en conséquence. Souvent, on a créé deux ou plus sous-unités à partir d’une même pochette – en séparant, par exemple, des fiches bibliographiques et des feuillets de notes. Plus rarement, on a retiré certains documents pour les rattacher à un autre dossier. La virtualité du numérique a rendu toutes ces opérations assez faciles et rapides, en nous aidant aussi à garder la trace de chaque mouvement : un outil de notre édition, appelé Contexta, va établir automatiquement une table de concordance entre le classement de Lévi-Strauss Source et le classement de la BnF, afin que le lecteur puisse toujours remonter à la cote originale du manuscrit. 

Une « boîte surprise »

Parfois, le choix de reclasser un élément n’est pas si évident, des documents pouvant aussi bien figurer dans un dossier que dans une autre (les carnets de terrain, par exemple, contiennent beaucoup de notes linguistiques, mais ils pourraient également faire partie des notes préparatoires d’un ouvrage). Une des dernières boîtes analysées a soulevé beaucoup de questions de ce genre. Il s’agit d’une boîte en carton de fiches catalographiques, de couleur orange et de marque Gaylord Bros, tout à fait semblable à une autre boîte, qui contient un fichier consacré à la langue Nambikwara, et que nous avons classé dans la catégorie « Fiches linguistiques » de notre édition, (FL-4). Mais il suffit de jeter un  premier coup d’œil à son contenu (brièvement décrit par la BnF comme « fiches diverses relatives aux Bororos et aux Caduveos »), pour s’apercevoir immédiatement qu’elle est constituée de matériaux très disparates. 

Fiches diverses relatives aux Bororo et aux Caduveo, Bnf, Fonds Claude Lévi-Strauss, NAF 28150 (139a)

Une analyse plus approfondie des documents a révélé que les fiches linguistiques à proprement parler composent une partie très minoritaire (f. 319-366) de cette boîte, la plupart des feuillets concernant ce qui semble être l’ébauche d’un catalogue d’exposition : inventaires d’objets (poteries, outils, ornements, etc.) et de photographies, suivis par de fiches sur les Bororo et les Caduveo (généralités géographiques, anthropologiques, ethnographiques, linguistiques, etc.), réalisées sans doute en vue d’illustrer les œuvres et les photos exposées.

Après des recherches ultérieures, on a identifié l’exposition : il s’agit de Indiens du Matto-Grosso, qui présenta, du 21 janvier au 3 février 1937, les collections ethnographiques que Claude Lévi-Strauss et Dina Dreyfus avaient réunies au cours d’un voyage effectué dans l’État du Mato Grosso en 1935-1936. L’exposition, pensée par le Musée de l’Homme, a été organisée à la galerie de la Gazette des Beaux-Arts, en attendant que le Musée ouvre ses portes. En comparant les notes (la plupart desquelles sont de la main de Dina Dreyfus) avec le catalogue de l’exposition1, on s’est aperçu que plusieurs passages de celui-ci correspondent au manuscrit, mais aussi que cette exposition a dû être le résultat d’un choix assez restreint par rapport aux objets et photos rapportés de l’expédition : aux f. 265-274, par exemple, on trouve une liste d’environ 200 objets de la collection, notés selon trois catégories : « belle pièce », « très belle », « inutilisable ».

Finalement, on a décidé de reclasser cet ensemble cohérent dans un dossier à part, sous la catégorie « Manuscrits et notes préparatoires ». Du point de vue de la critique génétique, en effet, les documents ressemblés par Lévi-Strauss représentent bien un état antérieur d’une œuvre, quoique, dans ce cas spécifique, l’œuvre en préparation ne soit pas un texte mais une exposition. Les fiches linguistiques cartonnés ont formé un nouveau dossier de la catégorie FL (FL-7) et une série de croquis sur fiches cartonnés et calques (f. 367-374) ont intégré un dossier de la catégorie « Documents autour de l’expédition », où des fiches très similaires se trouvaient déjà (on a émis l’hypothèse que ces fiches auraient servi de supports pédagogiques à Lévi-Strauss lors de ses cours d’anthropologie au Brésil). 

Mais la boîte nous réservait encore une dernière surprise : une série de pages détachées d’un bloc-notes, provenant d’un carnet de terrain tout à fait similaire aux autres que Lévi-Strauss a conservé de l’expédition Nambikwara de 1938, contenant des fragments de journal, des notes logistiques, des dessins, des descriptions des villages, des lexiques et nomenclatures indigènes, des partitions musicales, etc. Ces fragments de carnet de terrain sont relatifs à l’expédition de 1935-1936 (certains dessins sont même datés) : c’est sans doute pour cela, d’ailleurs, que Lévi-Strauss les a réunis aux matériaux préparatoires de l’exposition de 1937. Or, les carnets de l’expédition 1935-1936 étaient censé être disparus, comme Lévi-Strauss lui-même l’affirme dans une note jointe à ses carnets de 1938, lors de l’entrée à la BnF :

Bnf, Fonds Claude Lévi-Strauss, NAF 28150 (123b). Feuillet non numéroté.

Détachés et conservés à part pour la préparation de l’exposition de 1937, ces feuillets ont sans doute été amenés par Lévi-Strauss aux États-Unis en 1941, et ainsi sauvés. 

C’est aussi en considération de l’importante valeur documentaire et scientifique de ces documents qu’on a décidé de classer tous ces fragments dans la catégorie des « Carnets de terrain », reconstituant ainsi partiellement un des carnets « perdus » de l’expédition chez les Bororo et les Caduveo de 1935-36.


  1. Indiens du Matto-Grosso (Mission Claude et Dina Lévi-Strauss, novembre 1935-mars 1936). Guide-Catalogue de l’exposition organisée à la galerie de la « Gazette des Beaux-Arts » et de « Beaux-Arts », 21 janvier-3 février 1937. Paris, Museum national d’histoire naturelle, Musée de l’Homme, 1937. []

Les cahiers de Dina Dreyfus

Fernanda Azeredo de Moraes,doctorante en anthropologie sociale et ethnologie à l’EHESS (CRBC/Mondes Américains) nous donne dans ce billet un aperçu des journaux de terrain de Dina Dreyfus, écrits lors de l’expédition brésilienne des années 1930.

            Dina Dreyfus[1] est l’une des rares femmes françaises à mener des recherches ethnographiques en Amérique du Sud avant la Seconde Guerre mondiale. Diplômée de l’Institut d’Ethnographie de l’Université de Paris en 1932, elle a réalisé des recherches ethnographiques, archéologiques et d’anthropologie physique dans la ville de São Paulo et ses alentours, ainsi que parmi les populations Kaduvéo, Bororo, Nambikwara et Pareci à l’intérieur du pays. Au Brésil, sous le nom de Dina Lévi-Strauss, elle a publié un manuel d’ethnographie et anthropologie physique en 1936 et a été l’une des fondatrices de la première Société d’Ethnologie et Folklore du pays, au sein de laquelle elle a donné des cours sur la méthode ethnographique. Pendant ses années brésiliennes, elle a aussi tourné (au moins) cinq films ethnographiques, en collaboration avec son mari, Claude Lévi-Strauss. En France, elle a publié des notices sur ses recherches et ses activités professionnelles dans la Revue de la Société des Américanistes (Lévi-Strauss, 1937 et L-S.D., 1938) et a réalisé, aussi en collaboration avec son époux, une exposition des collections ethnographiques recueillies lors de leur première mission de recherche, en 1935. 

            Malgré une bibliographie brésilienne importante au sujet de son travail, Dina Dreyfus reste presque absente de l’histoire de l’anthropologie française. La numérisation de ses écrits pourra, peut-être, aider à corriger ce tort.  

Parmi les documents que Claude Lévi-Strauss a utilisés pour préparer son best-seller, l’incontournable Tristes Tropiques (1955), nous trouvons deux cahiers de Dina (alors) Lévi-Strauss, ainsi qu’une quinzaine de pages d’un manuscrit pour un récit de voyage, jamais publié. Dans les archives de la « Mission Lévi-Strauss Vellard », aujourd’hui hébergées par la BNF, Dina apparaît aussi, discrètement, parmi les photos prises par le couple lors de leurs recherches de terrain. Nous la voyons avec ses cheveux courts et son bleu de travail « grossier – mais combien commode » (MS20) , presque toujours à prendre des notes. En fait, il semble que Dina écrivait partout et tout le temps : dans l’avion, dans le camion, au milieu de la route, dans la forêt, parmi les autochtones ou avant de se coucher, elle a ainsi rempli plus de trois centaines de pages entre le 8 mai et le 22 juillet 1938. Les conditions de cette écriture sont visibles dans sa calligraphie : sa lettre est parfois très petite, afin de profiter de tout l’espace de la page, d’autres fois elle est grande et oscillante, à cause de la route accidentée et du mouvement du camion. 

Dina prend de notes lors d‘une recherche auprès les Bororos. Probablement 1936. NAF 28150 (244a)

            Les deux cahiers de Dina peuvent être classés par leur contenu : le CT18 est son cahier de terrain, où elle prend des notes minutieuses sur la parenté, la langue, les techniques, les corps et la vie des Nambikwaras. C’est aussi dans ce cahier qu’elle esquisse des hypothèses de travail et planifie les étapes de la recherche à venir. Or, si le cahier CT17 contient également des notes proprement ethnographiques, il en cache beaucoup plus : journal intime, journal de route, esquisse de roman, plans pour un recueil de nouvelles, description des préparatifs pour la mission, copie des notices du journal local, tout se mélange dans les pages de ce document prodigieux. 

Carnet de Dina Lévi-Strauss, pp. 68. NAF 28150 (126d)
Carnet Dina Lévi-Strauss, pp. 29. NAF 28150 (126e)

            Le journal de Dina témoigne de son admiration pour le savant moderniste brésilien Mario de Andrade, de sa fascination pour le guide de la mission à Cuiabá, le corse Biancardini, il révèle l’inconfort que lui provoque l’ethnologue étasunien Buel Quain, ainsi que l’émerveillement qu’elle éprouve face à la vie harmonieuse et simple de la grande famille de Manuel João, dans la petite ville de Rosário Oeste. Nous y trouvons aussi de longues descriptions de ses rêves et de ses états émotionnels oscillants. Ainsi, si le 13 mai 1938, dans la ville de Cuiabá, après avoir été renseignée sur la réputation « féroce des « Nhambiquaras » » elle affirme  « Je ne suis pas disposée à mourir, et je désire revenir de cette aventure », dans une entrée datée du 8 juin suivant, déjà en route pour Utiarity, elle écrit «  je suis tout à fait résignée à partir pendant six mois, et peut-être même à mourir ». Des mots qui révèlent l’imaginaire dominant de l’ethnologie de l’époque, selon lequel le terrain ethnographique était une aventure, une épreuve potentiellement mortelle, mais bien sûr formatrice. 

            Or, nonobstant sa nature intime et personnelle, le journal de Dina est aussi un document historique de valeur qui informe sur une discipline en cours de professionnalisation et de réorganisation : Dina a été formée en anthropologie physique par l’Institut d’Ethnologie de l’Université de Paris, et a mené des recherches sur « la tâche mongolique » dans les maternités de la ville de São Paulo. Dans les pages de ce cahier, elle décrit en détail les traits physiques des personnes rencontrés en route et sur le terrain, avec un vocabulaire typique de l’époque. Une telle attention aux prétendus aspects raciaux des corps « des indigènes (nègres ou autres) » (CT17) la confronte à la blessure ouverte qui structure silencieusement la société brésilienne. À la veille de la célébration des 60 ans de l’abolition de l’esclavage dans ce pays, elle esquisse une « ode pour l’abolition » et décrit les employés d’hôtel en loques, toujours pieds-nus, maltraités par les patrons.          

            Mais Dina n’était pas juste une anthropologue physique. Étudiante de Marcel Mauss et assistante bénévole du Musée d’ethnographie du Trocadéro, elle a aussi été formée à ce qu’il avait de plus moderne en matière de méthode ethnographique. Cette influence est évidente dans ses longues et minutieuses descriptions des techniques nambikwaras de production de flèches, colliers, et paniers, ainsi que dans l’attention qu’elle porte aux techniques corporelles adoptées par les individus en repos, au sommeil, au travail, etc. L’interaction directe avec les femmes et enfants indigènes, objectif fondamental de l’ethnographie menée par des chercheuses à cette époque, apparaît aussi dans les pages de son cahier, soit par sa plume, soit par la main des autochtones. Lors d’un bain dans la rivière, Dina décrit comment elle s’était fait laver par les petits Nambikwaras ; en plus, certaines pages de son cahier 17 ont été décorés de « vermicelles », gribouillis faits par ses nouveaux amis et nouvelles amies, lors de leurs tentatives d’imiter les traits avec lesquels l’ethnographe remplissait soigneusement ses papiers. 

Carnet de Dina Lévi-Strauss, pp. 78. NAF 28150 (126d)

            Au-delà de ses qualités intrinsèques pour le chercheur et la chercheuse en histoire de l’anthropologie ou en linguistique Nambikwara, les journaux et récit de terrain de Dina Dreyfus, à l’époque Lévi-Strauss, ont le grand mérite de nous proposer un témoignage nouveau sur cette rencontre anthropologique fondatrice. Avec la numérisation de ces pages, nous gagnons un autre point de vue sur les Tristes Tropiques du Brésil central, cette fois-ci selon la perspective d’une jeune femme européenne qui vit « dans une parfaite paix morale » (CT 17) parmi les Nambikwaras, à étudier leur langue, à observer leurs relations gaies et affectionnés, bref, à apprendre avec eux. 

Bibliographie

Corrêa, Mariza, «A natureza imaginaria do gênero na história da antropologia» (2003) In: Antropólogas e antropologia. Belo Horizonte, UFMG,  pp.19-63

Dreyfus, Dina, Écrits, Paris, Hermann, 2013

Grupioni, Luis Donisete Benzi, Coleções e expedições vigiadas: os etnólogos no conselho de fiscalização das expedições artísticas e científicas no Brasil,  São Paulo, ed. Hucitec/Anpocs, 1998.

Lévi-Strauss, Dina. Instruções práticas para a pesquisa de Antropologia Física e Cultural. São Paulo : Direção do Departamento Municipal de Cultura, 1936. 

Lévi-Strauss D. Société ďethnographie et de folklore de São Paulo (Brésil).. In: Journal de la Société des Américanistes. Tome 29 n°2, 1937. pp. 429-431. www.persee.fr/doc/jsa_0037-9174_1937_num_29_2_1963_t1_0429_0000_2 

L.-S. D. Mission Lévi-Strauss-Vellard (1938-1939). In: Journal de la Société des Américanistes. Tome 30 n°2, 1938. pp. 384-386. www.persee.fr/doc/jsa_0037-9174_1938_num_30_2_1982_t1_0384_0000_2

Portella, Luciana Magalhães, Brasil, terra vermelha: a história da Antropologia e o reencontro com Dina Dreyfus, 2020 [thèse de doctorat, Université  National de Brasília] 

Saint-Sernin, Bertrand, « Dina Dreyfus ou la raison enseignante », Les Temps Modernes, 1989v. 44, n. 516, pp. 142-157. 

Sandroni, Carlos, «Mario, Oneyda, Dina e Claude»,  Revista do patrimônio historico e Artístico Nacional, 2002, n. 30, pp. 240- 244

Spielman, Ellen, Das Verschwinden Dina Lévi-Strauss’ und der Transvestismus Mário de Andrade: Genealogische Rätsel in der Geschichte der Sozial und Humanwissenschaften im modernen Brasilien / La desaparición de Dina Lévi-Strauss y el transvestismo de Mário de Andrade: enigmas genealógicos en la historia de las ciencias sociales y humanas del Brasil moderno. Berlin, Wissenschaftlicher Verlag, 2003  

Valentini, Luísa, Um laboratório de antropologia: o encontro entre Mário de Andrade, Dina Dreyfus e Claude Lévi-Strauss (1935-1938),  São Paulo, ed. Alameda, 2013.  


[1]    Fernande Dreyfus est née au 1er février 1911 à Milan, en Italie. C’est avec ce nom qu’elle reçoit son certificat d’ethnologie (mention sciences) de l’Institut d’Ethnologie de l’Université de Paris, en 1932. La même année, elle se  marie avec Claude Lévi-Strauss et adopte la nouvelle signature de « Dina Lévi-Strauss ». Pendant la seconde guerre mondiale, Dina s’engage dans la résistance et adopte encore un autre nom, celui de « Denise Roche ». En autre, selon ses amis et amies, durant quinze ans, sous un autre nom supposément oublié, Dina aurait publié des nouvelles littéraires au Brésil. Finalement, divorcée après la guerre, Dina construit une carrière remarquable dans le domaine de l’enseignement de philosophie, sous le nom de Dina Dreyfus. Ces multiples changements de nom posent des questions à toutes celles et à tous ceux qui essayent d’esquisser une biographie de ce riche personnage. Pour ce texte j’ai choisi de faire référence à elle avec le nom « Dina Dreyfus », nom auquel elle s’est identifiée pendant la plupart de sa vie. Les travaux signés avec son nom de mariage seront ainsi indiqués tout au long du texte. 

Les archives de Claude Lévi-Strauss à la BnF : leur traitement et leur valorisation

Anaïs Dupuy-Olivier, conservateur, explique dans ce billet ce qui est en jeu quand des archives entrent pour la première fois à la Bibliothèque de France, à partir du cas du fonds Lévi-Strauss.

« Le travail du chargé de collections responsable d’un fonds de manuscrits consiste ensuite à identifier et classer, puis à ranger ou “conditionner” les documents reçus dans un matériel adapté »

À l’entrée d’un manuscrit ou d’une collection de manuscrits, un registre des dons ou un registre des achats, et parfois les deux comme dans le cas des archives de Claude Lévi-Strauss, est renseigné. Une cote, numéro de référence, lui est attribuée et permettra de l’identifier parmi les 200 000 manuscrits conservés au sein du département. Le fonds Claude Lévi-Strauss a pour cote Nouvelle acquisition française ou NAF 28150. Le travail du chargé de collections responsable d’un fonds de manuscrits consiste ensuite à identifier et classer, puis à ranger ou « conditionner » les documents reçus dans un matériel adapté – des pochettes en papier neutre, elles-mêmes disposées dans des boîtes de conservation. Nos fonds peuvent comporter d’une à plus de 500 boîtes (fonds Romain Rolland et Jean Rouch). Le fonds Claude Lévi-Strauss est constitué de 261 boîtes.

« Outil de signalement de nos collections, un inventaire est également un outil de dialogue avec des chercheurs du monde entier. »

Une fois le classement et le conditionnement achevés, l’étape suivante est celle de l’établissement de l’inventaire : il s’agit de la description détaillée d’un fonds, rédigée désormais sous forme informatisée. Grâce au langage html, les centres d’archives et les bibliothèques ont développé des outils spécifiques pour décrire leurs collections manuscrites et archivistiques, et donner accès à ces inventaires sur le web. Celui du fonds Lévi-Strauss, établi à la fin des années 2000, est accessible sur le catalogue BnF Archives et manuscrits, http://archivesetmanuscrits.bnf.fr/ark:/12148/cc134071. Outil de signalement de nos collections, un inventaire est également un outil de dialogue avec des chercheurs du monde entier. En le consultant, ces derniers peuvent, en amont de tout déplacement, savoir ce que contiennent ces archives et en demander la « communication ». Que veut dire ce mot fréquemment utilisé dans le jargon des bibliothèques ? À partir du thème de recherche d’un lecteur – thème plus ou moins précis -, le chargé de collections identifie dans un fonds les documents susceptibles de répondre à cette recherche, puis il sort ces documents des boîtes où ils se trouvent et les met à la disposition du chercheur dans la salle de lecture.

« À l’abri de la lumière et de la poussière dans des espaces de stockage dénommés “magasins”, les manuscrits n’en restent pas moins vivants. »

À l’abri de la lumière et de la poussière dans des espaces de stockage dénommés « magasins », les manuscrits n’en restent pas moins vivants. Les chercheurs, par leurs demandes de consultation, par leurs projets de recherche, par les colloques qu’ils organisent, entretiennent la mémoire de ces grandes figures dont la Bibliothèque conserve les traces. Les chargés de collections favorisent également ce mouvement en accompagnant le traitement matériel et intellectuel d’un fonds par des actions de valorisation diversifiées : rédaction d’articles dans des revues spécialisées, de billets sur des blogs et sur les réseaux sociaux ; présentation de manuscrits à des étudiants et des enseignants, à des professionnels des bibliothèques, à des sociétés savantes ; organisation de manifestations tels colloques, journées d’études, lectures, expositions, etc.

« En novembre 2008, la BnF a organisé plusieurs manifestations à l’occasion du centenaire de Claude Lévi-Strauss. »

Les archives de Claude Lévi-Strauss ne font pas exception. Plusieurs articles leur ont été consacrés dans les revues publiées par la BnF, Chroniques en 2007 et en 2010[1], et La Revue de la BnF en 2013[2]. Récemment, à l’automne 2019, un billet sur le site web de la BnF a évoqué le recueil d’articles Anthropologie structurale I qui existe dans sa version anglaise sur la base de données Anthropology online à laquelle la Bibliothèque est abonnée[3]. En novembre 2008, la BnF a organisé plusieurs manifestations à l’occasion du centenaire de Claude Lévi-Strauss : exposition de manuscrits et de carnets de terrain de l’anthropologue, projection en avant-première du documentaire Claude Lévi-Strauss par lui-même de Pierre-André Boutang, projection de films sur le thème de la démarche ethnologique. Le 18 juin 2013, dans le cadre du cycle « Trésors du patrimoine écrit », les dessins contenus dans les carnets de la seconde expédition de C. Lévi-Strauss au Brésil ont fait l’objet d’une conférence à deux voix associant la responsable du fonds Catherine Faivre d’Arcier et l’enseignant-chercheur Vincent Debaene qui a assuré l’édition des œuvres de C. Lévi-Strauss dans la Pléiade[4].

***

Le programme « Les carnets nambikwara de Lévi-Strauss » va lui-aussi contribuer pendant quatre ans à prolonger la valorisation des archives de l’anthropologue (numérisation, publication, colloque, exposition) tout en approfondissant l’étude et la connaissance de son œuvre.


[1] C. Faivre d’Arcier, art. cit. ; « La pensée bricoleuse de Claude Lévi-Strauss », entretien avec C. Faivre d’Arcier et Marc Rochette, propos recueillis par Sylvie Lisiecki, dans Chroniques, n°52, janvier-février 2010, p. 5.

[2] C. Faivre d’Arcier, « Claude Lévi-Strauss et René Leibowitz. L’anthropologue à l’opéra et le compositeur en poésie », dans La Revue de la BnF, n°45, 2013, p. 55-56.

[3] https://www.bnf.fr/fr/claude-levi-strauss-1908-2009-dans-les-collections-de-la-bnf.

[4] Agrégé de lettres modernes, il était à l’époque professeur à Columbia University.

Claude Lévi-Strauss à la BnF : l’entrée des archives de l’anthropologue dans les collections nationales

Anaïs Dupuy-Olivier, responsable du fonds Claude Lévi-Strauss à la Bibliothèque nationale de France, fait le récit de l’entrée des archives de l’anthropologue dans les collections nationales[1].

« Au printemps 2005, la BnF propose à Claude Lévi-Strauss, alors âgé de 96 ans, de lui confier ses archives scientifiques et personnelles. Ce dernier accepte. » 

C’est à l’occasion du prêt de la dactylographie de Tristes tropiques pour l’exposition « Terre humaine » qu’ont eu lieu les premiers échanges entre la Bibliothèque nationale de France (BnF) et Claude Lévi-Strauss à propos de l’importance patrimoniale et du devenir de ses archives[2]. Peu après, au printemps 2005, la BnF propose à Claude Lévi-Strauss, alors âgé de 96 ans, de lui confier ses archives scientifiques et personnelles. Ce dernier accepte. Une procédure de dation en paiement est envisagée, procédure qui permet de s’acquitter de certaines obligations fiscales – en particulier les droits de succession – par la cession d’un bien (objet artistique ou historique, immeuble ou parcelle) susceptible d’être incorporé au patrimoine de l’État. Afin de pouvoir estimer la valeur financière de ce patrimoine, une conservatrice du département des Manuscrits, Catherine Faivre d’Arcier, est chargée d’aller identifier et analyser les documents conservés par l’anthropologue dans son appartement. Accompagnée par Claude Lévi-Strauss dans la découverte et la compréhension de ses archives, elle en dresse un « pré-inventaire[3] » d’avril à juin 2005, au rythme de deux séances par semaine. Sur ces bases, un dialogue confiant se met en place entre l’anthropologue et la Bibliothèque afin de préparer l’entrée des archives de Claude Lévi-Strauss à la BnF dans les meilleures conditions.

« L’ensemble dont la BnF a fait l’acquisition comprend des documents représentatifs du parcours et de l’œuvre de Claude Lévi-Strauss »

Deux ans plus tard, en mars 2007, un premier ensemble d’archives rejoint les collections de la rue de Richelieu, où sont conservés les fleurons de la Bibliothèque : Bible de Charles le Chauve, Sacramentaire de Drogon, manuscrits de Victor Hugo, Gustave Flaubert, Marcel Proust, etc. L’ensemble dont la BnF a fait l’acquisition comprend des documents représentatifs du parcours et de l’œuvre de C. Lévi-Strauss : fichiers de travail (préparation d’ouvrages, de travaux, de cours, etc.) ; fichiers linguistiques ; notes de lecture à la New York Public Library en vue de la rédaction de sa thèse ; carnets et notes de ses expéditions au Brésil et au Pakistan ; manuscrits, dactylographies ou épreuves de plusieurs écrits – sa thèse, Structures élémentaires de la parenté, le troisième volume des MythologiquesL’Origine des manières de table, par lequel Lévi-Strauss rend l’anthropologie accessible au grand public, enfin Regarder, écouter, lire, réflexions sur la peinture, la musique et la littérature de l’homme de grande culture qu’il est également.

NAF 28150 (124 b), Carnet “Vilhena – sept. 1938. Vocabulaires comparés Sabané – Tagnani”

Deux mois après, en juillet 2007, la commission des dations du ministère de la Culture accepte l’offre faite par Claude Lévi-Strauss de céder certaines de ses archives à l’État : les collections de la BnF s’enrichissent alors des dossiers préparatoires et des manuscrits de ses œuvres les plus emblématiques. Publiés entre 1955 et 1975, ces textes occupent une place centrale dans son œuvre et dans la réflexion anthropologique de l’époque. Le premier, et sans conteste le plus connu, est Tristes tropiques, texte à cheval entre le récit de voyage et l’autobiographie témoignant des expéditions de Lévi-Strauss en Amazonie et en Inde avec distance et désenchantement. Font également l’objet de cette dation ses recueils d’articles présentant la méthode structuraliste appliquée à l’anthropologie, Anthropologie structurale I et II, le premier et le dernier volumes de son étude approfondie sur le système des mythes, Le Cru et le cuit et L’Homme nu, enfin La Voie des masques. Cet ensemble est complété par des dossiers personnels datant des années 1930 et 1940, documents d’état-civil et correspondances, qui dressent le portrait de l’anthropologue à une époque importante de sa vie (ses missions au Brésil entre 1935 et 1939, son exil aux États-Unis au début de la Seconde Guerre mondiale).

NAF 28150 (22), Le Cru et le cuit, dactylographie annotée, f. 108

« Pour achever ce récit de vie que représente un fonds d’archives, Claude Lévi-Strauss a fait don à l’automne 2007 du reste de ses papiers. »

Pour achever ce récit de vie que représente un fonds d’archives, Claude Lévi-Strauss a fait don à l’automne 2007 du reste de ses papiers. Ce troisième ensemble est constitué de documents de diverses natures. On y découvre les manuscrits et documents préparatoires de ses autres textes (monographies, articles, préfaces), de ses conférences, entretiens et discours, de ses cours au lycée, à l’École pratique des hautes études et au Collège de France. Ce dernier lot rend également compte du vaste réseau relationnel de C. Lévi-Strauss au-travers de la correspondance qu’il a envoyée et reçue, comprenant tout autant des grands noms de l’anthropologie mondiale que des philosophes, des historiens, des linguistes, des musiciens ou des écrivains comme Marcel Mauss, Paul Rivet, Michel Foucault, Fernand Braudel, Georges Duby, Roman Jakobson, Luciano Berio, René Leibowitz, Umberto Eco, André Breton… Enfin, plusieurs classeurs et pochettes de documents iconographiques illustrent son parcours personnel et professionnel : photographies familiales, photographies de ses voyages au Brésil, au Japon et en Corée, dessins de décors de théâtre, diplômes, affiches, etc. Notons aussi que la BnF est dépositaire de la machine à écrire ayant servi à taper la dactylographie de Tristes Tropiques.

La machine à écrire de Claude Lévi-Strauss – NAF 28150 (261)

La remise des archives de Claude Lévi-Strauss rend ainsi compte des trois modes d’entrée possible d’un fonds dans les collections publiques – le don, l’achat et la dation -, et de l’importance des échanges entre le donateur et la Bibliothèque en amont de ce processus. Une seconde vie sera ensuite donnée à ces archives grâce au travail mené par les chargés de collections de la BnF. Un prochain billet de ce blog en témoignera.  


[1] Pour rédiger cet article, nous avons bénéficié des témoignages de Marie-Laure Prévost et Mauricette Berne, toutes deux conservateurs généraux honoraires des bibliothèques, la première étant chef du Service des manuscrits modernes et contemporains lors de l’entrée du fonds Claude Lévi-Strauss, ainsi que des témoignages de Catherine Faivre d’Arcier, première responsable du fonds.

[2] L’exposition s’est tenue du 15 février au 30 avril 2005 dans la Petite Galerie de la BnF. Trois commissaires ont pris contact avec Claude Lévi-Strauss dans les mois qui ont précédé le début de l’exposition.

[3] C. Faivre d’Arcier, « Les archives de Claude Lévi-Strauss », dans Chroniques, n°41, novembre-décembre 2007, p. 26.

“Un aperçu historique de la documentation linguistique des langues Nambikwara”. La conférence de Leo Wetzels

Leo Wetzels est spécialiste des dialectes nambikwara et partenaire du programme ANR. Le mercredi 29 mai 2019, il a été reçu au séminaire de Michel de Fornel à l’EHESS pour une conférence intitulée : “Un aperçu historique de la documentation linguistique des langues Nambikwara. Classification interne des différents dialectes et caractéristiques typologiques”. Voici une sélection de sa présentation.

Nambikwara (Tupi: oreille percée)

Aussi : Nambicuara et Nhambicuara, Nambiquara. Ces noms désignent, depuis le début du XXe siècle, les différents groupes qui ont occupé la région comprenant le nord-ouest de l’État de Mato Grosso et les terres adjacentes de l’état de Rondônia, entre les affluents des rivières Juruena et Guaporé, jusqu’aux sources des rivières Ji-Paraná et Roosevelt.

Démographie

Les premiers contacts durables avec les «Blancs» ont été établis sous le commandement du général Cândido Mariano da Silva Rondon en 1907. L’expédition dont Rondon faisait partie était chargée d’ouvrir la voie à l’expansion des lignes télégraphiques. On estime qu’à cette époque, des milliers d’Indiens Nambikwára vivaient dans la région, divisés en plusieurs sous-groupes linguistiques, sur une superficie continue d’environ 50 000 km2 (Price, 1985, p. 312).

– Début du 20ème siècle:    Rondon (selon Lévi-Strauss) : +/- 20.000
     Lévi-Strauss: +/- 10.000
     David Price  +/- 5000 

– 1938:   2000 à 3 000 personnes (Lévi-Strauss). 
– 1969:   (30 ans après le passage de Lévi-Strauss) 550 personnes (David Price). 

Au cours des deux dernières décennies, il y a eu une croissance démographique: 
– 1999:   1 145 personnes (recensement ISA). 
– 2002:   1 331 personnes (recensement FUNAI).
– 2018:   2000 personnes

Les premiers registres linguistiques

Price (1978:15): “There are several published Nambiquara vocabularies (Albuquerque 1910:145-147; Anonymous 1942; Boglár 1960:89-117;Campos 1936:55-58; Lévi-Strauss 1948a:187-191; Oberg 1953:124-126; Rondon 1947:52-53; Rondon and Faria 1948:91-113; Roquette-Pinto 1913:386,1935:344-349; Schmidt 1928:102; Souza 1920:406-410). Unfortunately, however, the majority of these vocabularies are attributed to spuriously named ‘bands’”. (Malheureusement, cependant, la majorité de ces vocabulaires sont attribués à des «groupes» nommés de manière fallacieuse.) Price (1978:15) écrit : “…A ‘Tagnani’ vocabulary taken at the Telegraph Post José Bonifacio gives almost no clue as to what people spoke the language in question, or where they actually lived.”

Price mentionne des erreurs causées par des problèmes de communication ou de compétence linguistique: Albuquerque (1910) ; Nambikwara: “cette poule là bas” = “oeuf” ;  “paille (dans lèvre supérieure)”= “bouche”. Roquette-Pinto  (1935) transcrit : unrazú pour ahu͂liyausu“eau” ; urinodzu pour walinusu “pâte de manioc”. Les mêmes problèmes existent pour les noms donnés aux différents groupes Nambikwara. Par exemple la dénomination ‘Sabanê’ pour le groupe qui s’auto-dénomine ‘Kulimansi’ (le nom d’un village dans la région où ils habitent) correspond sans doute au mot ‘sapãne’ “soeur cadette”. Aussi, lorsque Rondon (1916:150) dit “…nous avons rencontré les Sabanês, les Iaiás, les Xaodês, et les Teiobês….”, tout en sachant que “yaya” signifie “frère” en Sabanê, nous pouvons conclure qu’un groupe Iaiá n’a jamais existé. Price (1978) traduit les noms d’autres groupes Nambikwara mentionnés par Rondon (1913:147) : Taganani = mon frère ; Tauitê = mon fils ; Mini = père ; Tachiuvitê = mon petit fils  

Lévi-Strauss (le linguiste) 

Les données linguistiques rassemblées par L-S sont d’une qualité relativement bonne. Il a dû passer du temps à analyser les différences phonologiques entre les dialectes, parce qu’il observe très correctement par rapport au Sabanê : « Par ses caractères sémantiques et morphologiques, le dialecte s’éloigne nettement des précédents. Nous n’avons pas poussé suffisamment loin son étude linguistique pour décider s’il convient ou non de le rattacher à la famille Nambikwara. » La page suivante contient un aperçu de tous les mots sabanê notés par L-S dans Tristes Tropiques, rassemblés par Gabriel Antunes (2004).

La présence de la mission

Price (1972) relate qu’entre 1924 et 1929 une famille de missionnaires du Inland South American Missionary Union (ISAMU) (E.U.) s’était installée près du poste de télégraphie de Juruena. Ils ont été attaqués par les Wakalitesú en 1929. Le père et les fils sont morts, la femme est rentrée aux États-Unis. Déjà depuis 1930, des missionnaires catholiques recevaient des jeunes Nambikwara dans une école d’alphabétisation et de catéchisation à la mission Utiariti (vallée de Juruena). Entre 1936 et 1957, plusieurs autres établissements ont été ouverts par la ISAMU, d’abord à Campos Novos, ensuite sur la rivière Pardo, et finalement dans village de Camararé, dans la vallée de Juruena. 
En 1950, un missionnaire de l’organisation New TribesMission s’est installé dans la vallée de Guaporé, il fut tué par les Nambikwara peu de temps après son arrivée.
En 1959 et 1960, des missionnaires de la Missão CristãBrasileira ont cherché le contact avec les Nambikwara de la vallée de Sararé.

Les missionnaires linguistes du Summer Institute of Linguistics

Pendant la même période, Menno Kroeker et Ivan Lowe, missionnaires du Summer Institute of Linguistics (SIL), ont commencé à travailler avec les groupes Nambikwara do Campo et leur langue. Cinq équipes successives du SIL ont travaillé parmi les Mamaindê, à partir du début des années 1960. La thèse de maîtrise de Peter Kingston (1974 – non publiée) de l’Université de Reading étudie l’usage de la répétition en Mamaindê et autres caractéristiques du discours. En 1976, il publié un article sur la morphologie des verbes et des noms intitulée « Sufixos referenciais e o elemento nominal na lingua Mamaindê » paru dans Serie Linguistica 5: 31-81, Brasilia, SIL. De 1967 à 1970, David Price a effectué un travail de terrain auprès des Nambikwara pour sa thèse de  doctorat en anthropologie. Il a aussi publié quelques articles linguistiques, l’un d’eux sur le classement des langues nambikwara, qui est intitulé : «La famille linguistique nambiquara», Linguistique anthropologique. 20: 14-37. En 1995, Dave Eberhard finit sa thèse de maitrise sur l’accent des mots en Mamaindê, suivie d’une série d’articles sur la phonologie et la grammaire du Mamaindê. 

Projet en cours commencé en 2000 à la Vrije UniversiteitAmsterdam (VU)
« Les Indiens Nambikwara. Une description de leurs langues et de leur identité culturelle »

Dans ce projet, Januacele da Costa (Université Fédérale d’Alagoas, Maceió, Brésil), Dave Eberhard (SIL) et Leo Wetzels (VU) présentent une étude phonologique comparative des langues Nambikwara et proposent une reconstruction du système sonore ainsi qu’un lexique proto-nambikwara. La recherche comparative des langues Nambikwara fait partie du projet plus vaste supervisé par Leo Wetzels, intitulé « Les Indiens Nambikwara. Une description de leurs langues et de leur identité culturelle », partiellement financée par WOTRO / NWO. 
Les grammaires (thèses de doctorat) sur le Latundê/Lakondê (S. Telles), le Mamaindê (D. Eberhard), le Sabanê (G. Antunes) et la phonologie du Negarotê(G. Braga) ont été publiées. La monographie sur l’identité culturelle Nambikwara (E. Reesink) Allegories of Wildness: Three Nambikwara Ethnohistories of Sociocultural and Linguistic Change and Continuity in Southern Amazonia a été publiée en 2011. La monographie sur la reconstruction du Proto-Nambikwara (J. Costa, D. Eberhard et L. Wetzels) est en cours de révision. Des études sur la prosodie (phonologie segmentale, accent et ton) sur le Nambikwara do Campo par Paula Mendes da Costa et sur le Nutajensu (= Sararé) par Marília Marques Teixeira sont en voie d’achèvement.

Morphologie

La caractéristique la plus frappante des langues NBK est leur morphologie très riche. Du point de vue de la typologie morphologique, les langues du Sud et du Nord sont principalement polysynthétiques avec un faible degré de fusion, tandis que le Sabanê présente un faible degré de polysynthèse et une plus grande tendance à l’agglutination (Voir Stella Telles &W. Leo Wetzels. 2017. ‘Polysynthesis in Lakondê, a NorthernNambikwaran Language of Brazil’, N. Evans, M. Fortescue, and M. Mithun (eds.) The Handbook of Polysynthesis, Oxford University Press.)
Head-marking. La possession est marquée à gauche du nom qui fait référence à l’entité possédée. Ce marquage de la tête est même requis lorsque le possesseur est explicite:

Le Sabanê excepté, les langues Nambikwara manifestent une richesse suffixale mirobolante :

Classification nominale

Le Sabanê distingue sept classes nominales. À une exception près, les caractéristiques sémantiques exprimées par les classificateurs font référence à la forme du référent du nom auquel il s’attache : hémisphérique, prolongé tridimensionnel ; long et flexible ; long, flexible et animé ; ovale ou rond ; granulé ; mais aussi en écorce d’arbre.

Le Nambikwara do Campo compte dix-sept classificateurs. Comme pour le Sabanê, la majorité d’entre eux expriment la forme de l’entité à laquelle se réfère le nom (cf. Kroeker, Menno. 2001. A Descriptive Grammar of Nambikuara. IJAL, 67, 1 : 1-87).

Avec 24 classificateurs, le système Mamaindê est le plus abondant de la famille. Les classificateurs Mamaindê ne se réfèrent pas seulement aux attributs physiques du nom, tels que la forme des objets solides (rondes, plates, ressemblant à des bâtons, etc.) et à l’état physique des entités non solides (poudre, liquide). Les noms peuvent également être classés par leur fonction (logement, récipient) ou selon des critères plus abstraits (heure, lieu géographique, sexe, +/- animé, groupes de personnes, etc.). Il existe trois classificateurs de couleur (noir, fauve et tacheté) et trois autres faisant référence à des traits humains considérés comme des handicaps dans le monde Mamaindê (estropiés, bègues et nains) (Eberhard, 2009).

Évidentialité (vérification)

Pour le Nambikwara do Campo, Kroeker (2201) distingue deux catégories de vérification : individuelle (seul le locuteur a été témoin de l’événement rapporté) ou collective (le locuteur et le(s) adressés ont été témoins de l’événement rapporté). Les deux catégories fonctionnent comme des morphèmes cumulatifs qui intègrent un élément sémantique qui révèle la source de l’information : l’événement est vu par le locuteur, déduit par le locuteur, il est présenté comme usuel ou comme rapporté par une tierce personne (ouï-dire). Un autre ensemble de suffixes présente les informations transmises comme étant basées sur une preuve sensorielle (sans spécification du sens impliqué), ou comme étant inférées. Ces morphèmes contrastent avec une série de morphèmes qui présentent la véracité de l’événement rapporté comme neutre du point de vue du locuteur. Les morphèmes neutres sont associés à des événements non factuels, prévisibles ou imaginaires. Dans toutes les langues de la NBK, les catégories sémantiques d’évidentialité se combinent à des catégories de temps sous forme de morphèmes cumulatifs, à l’exception des morphèmes de ouï-dire ou de citation.

Le carnet Nambikwara

Le « Carnet Nambikwara » se fait le témoin de l’itinéraire du programme de recherche ANR “Les carnets Nambikwara de Lévi-Strauss”. Ce programme de recherche réunit l’École des hautes études en sciences sociales, le laboratoire ITEM (ENS) et la BnF autour des carnets de terrain du père de l’anthropologie française lors de sa seconde expédition au Brésil (1938-1939).

Le “Carnet Nambikwara” se propose de faire le récit des avancées, des péripéties et – parfois – des errances de cette recherche. Il s’agit, en somme, de suivre à la trace ceux – chercheurs, conservateurs et spécialistes de l’édition génétique et numérique – qui, réunis autour d’une même matière, font de la recherche ensemble.

Le carnet Nambikwara sera susceptible d’intéresser ceux qui dans le grand public sont curieux de savoir comment se fait la recherche à l’heure actuelle, dans trois grandes institutions françaises. Il intéressera également les amateurs de l’histoire de l’anthropologie, ceux intéressés de loin ou de près par la question du terrain, et enfin, bien entendu, les spécialistes de la pensée de Lévi-Strauss.